Butembo : Journée mondiale de droit à l’avortement, Maitre Maggy Panza demande au gouvernement congolais de se conformer au protocole de Maputo

Toute forme d’avortement pratiqué en République Démocratique du Congo est punissable par le code de la famille.

Propos de maitre Maggy Panza avancé ce lundi 28 septembre à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des droits à l’avortement.

Pour ce juriste, la loi congolaise ne s’est pas conformée au protocole de MAPUTO  qui autorise l’avortement médicalisé pour les victimes de violence sexuelle.

«  Le code pénal retient l’avortement comme infraction punissable de 5 à 10 ans. La RDC Etant parmi les pays qui enregistrent plus des cas de violences sexuelles et des grossesses indésirables, ferait mieux d’adhérer au protocole de MAPUTO pour l’unique catégorie des victimes de violences sexuelles, car les grossesses sans pères sont un danger pour la communauté ; accepter ce protocole peut aussi  limiter les cas d’avortements criminelles » pense Maitre Maggy Panza.

Ce défenseur des droits humains invite le gouvernement congolais à intégrer dans le code de la famille le protocole MAPUTO.

Il sied de signaler que chaque année, le monde entier enregistre plus de 230 milles interruptions  volontaires de grossesses.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *